Archives

Ressources EESH : retour sur la séance d'information du Collège

Le 25 août dernier, la Direction des études invitait les professeur-e-s ayant obtenu des libérations pour offrir du soutien aux étudiants et étudiantes en situation de handicap (EESH) à une séance d’information.

Rappelons qu’une séance de ce type avait déjà été organisée par le SPCFXG le 9 juin dernier pour répondre aux nombreuses et importantes questions des professeur-e-s sur ces libérations, mais aussi sur le mandat et la reddition de compte qui les accompagnent.

La séance d’information du 25 août était animée par les adjoints à la Direction des études, en présence de la Directrice des études. Des représentants de programmes y ont aussi assisté.

Il en est ressorti que le mandat de ces professeur-e-s libérés demeure à définir. Il faut dire que le Ministère a annoncé qu’il ferait connaître une annexe (S024) précisant ses attentes à ce sujet, mais que celle-ci n’est toujours pas disponible.

Cependant, nous savons que l’objectif est d’offrir un encadrement aux étudiants et étudiantes en situation de handicap. Ces derniers sont les mêmes qui peuvent recevoir l’aide des services adaptés, mais il ne s’agit pas de répéter ce qui est déjà offert par ceux-ci. Les libérations étant puisées à même le volet deux, il ne peut s’agir de projets de recherche : il faut qu’il y ait encadrement pédagogique et, autant que possible, disciplinaire, de ces étudiants et étudiantes.

La Direction des études a le mérite de reconnaître la complexité du mandat accordé à ces professeur-e-s. Il a été stipulé qu’il était normal que les premiers efforts aillent dans le sens de la conception des projets. En ce sens, nul n’est tenu de lancer une démarche d’encadrement sans avoir pris le temps de mesurer les besoins auprès des étudiants, des étudiantes et des collègues.

Quant à la reddition de compte et à sa forme attendue, on ne peut pas dire que la Direction ait exprimé des attentes claires. Certes, il est recommandé d’inscrire les projets aux plans de travail des équipes concernées, mais il n’y a pas eu d’autres requêtes.

Quant aux ressources qui accompagnent ces libérations, elles sont inexistantes. Pour l’instant, il n’est donc pas question de budget de photocopies ni de budget d’acquisition de matériel didactique ou d’ouvrages de référence. Il n’est pas question de libérer un conseiller pédagogique pour soutenir ce travail : c’est une adjointe administrative qui a été désignée comme personne-ressource, au besoin.

Il a toutefois été dit qu’une communauté Omnivox serait créée pour permettre aux professeur-e-s engagés dans ce travail de partager leur expérience. De même, une nouvelle rencontre est prévue où il sera notamment possible de recevoir des informations sur la Boite à outils développée par la Cellule « Vers une action concertée pour soutenir les enseignants à la réussite scolaire des étudiants ayant des besoins particuliers » (EABP).

Au sortir de cette séance, on pouvait sentir chez les professeur-e-s des impressions contrastées : certain-e-s ont exprimé le sentiment de ne pas se sentir bien soutenus, alors que d’autres ont affirmé qu’ils étaient à l’aise avec la liberté pédagogique que leur laissait ce « flou » des commandes du ministère et de la direction, revendiquant ainsi leur autonomie professionnelle.

À titre de vice-président à la pédagogie, j’invite toutes les personnes qui vivraient des difficultés dans la réalisation de leur projet à me contacter. Certes, je ne peux suppléer au travail qui incombe à la Direction des études, à ses cadres et aux professionnels qui sont sous son autorité, mais je peux à tout le moins accompagner ces professeur-e-s et m’assurer qu’on leur accorde le soutien nécessaire.

Gabriel Bouchard
Vice-président à la pédagogie.

Convention collective
Votre contrat de travail :
Manifeste
Le manifeste Faire de l'éducation publique la priorité nationale du Québec.
Administration du site

SPCFXG

Cette section est utilisée par les administrateurs du site seulement. Vous devez posséder un nom d'usager ainsi qu'un mot de passe pour y accéder.