Archives

Appel au respect des piquets de grève des étudiants

Le 8 mars prochain, l’Association générale étudiante du Collège François-Xavier-Garneau (AGECFXG) tiendra un vote de grève. C’est à ce moment que les étudiants de notre collège détermineront s’ils choisissent ou non de suivre le mouvement de grève générale illimitée initié à la mi-février pour protester contre la hausse des frais de scolarité. Dans la foulée de l’appui qu’elle a donné au mouvement étudiant et à l’AGECFXG en octobre dernier, l’Assemblée générale du SPCFXG a adopté, le 29 février, la résolution suivante : « que le SPCFXG invite ses membres à respecter les piquets de grève érigés par les étudiants advenant qu’à la session d’hiver 2012, l’Association étudiante obtienne un mandat de grève générale pour protester contre la hausse des frais de scolarité ». Une telle résolution vise à donner un signe clair du fait que, pour les professeurs du collège, une grève étudiante est une « vraie » grève et que des piquets de grève d’étudiants méritent le même respect que des piquets de grève de travailleurs.

Un tel rappel apparaissait nécessaire dans la mesure où, le 16 février dernier, dans une lettre envoyée aux directeurs généraux des cégeps, la sous-ministre adjointe à l’enseignement supérieur indiquait à ceux-ci que « les établissements peuvent continuer d’offrir la formation malgré [un] mandat de grève [des étudiants] » et les invitait à « [s’]assurer que les membres du personnel bénéficient de conditions qui leur permettent de livrer une prestation de travail, et ce, afin que les étudiants qui le désirent puissent poursuivre leur formation ». La sous-ministre adjointe fonde son invitation à ne pas reconnaître les mandats de grève obtenus par les associations étudiantes sur le fait que les étudiants « ne sont pas assujettis à l’application du Code du travail » et « aux dispositions du Code du travail interdisant les “briseurs de grève” ». Sur le plan légal, la sous-ministre adjointe a raison : rien n’oblige la direction d’un cégep à reconnaître une grève étudiante. Cependant, sur le plan de la légitimité, on voit mal comment les directions des cégeps pourraient justifier le fait de ne pas respecter une décision prise démocratiquement par leurs étudiants quand on sait que la plupart des institutions d’enseignement collégial font de l’éducation à la citoyenneté et à la vie démocratique un des principaux objectifs de leur projet éducatif.

Cela dit, aux dernières nouvelles, il semble que, malgré l’invitation sous-ministérielle, la direction de notre collège soit plutôt disposée à respecter un éventuel mandat de grève des étudiants. L’AGECFXG a déjà commencé à discuter avec la direction du protocole qui s’appliquerait advenant que, jeudi prochain, les étudiants se prononcent en faveur du déclenchement d’une grève. Comme le laissait entendre le communiqué émis par la direction le 1er mars, ce protocole prévoirait notamment le maintien des stages.

Rappelons que la hausse des frais de scolarité décrétée par le gouvernement Charest pour la période 2012-2017 sera, à terme, de 1625 $ par année et qu’elle s’ajoute à la hausse de 500 $ par année imposée graduellement depuis 2007. Si la volonté gouvernementale se réalise, les frais de scolarité universitaires s’élèveront donc à 3793 $ par année en 2017, portant la facture étudiante à près de 5000 $ par année en moyenne si on tient compte des frais afférents et des coûts à défrayer pour l’achat de matériel scolaire.

Articles précédents sur le même sujet :
« Une levée de cours bien “gérée” » (11 novembre 2011) ;
« Communiqué – Journée du 10 novembre » (4 novembre 2012) ;
« Le SPCFXG se prononce contre la hausse des frais de scolarité » (7 octobre 2011) ;
« L’enjeu de l’année : la bataille des frais de scolarité » (26 août 2011).

Convention collective
Votre contrat de travail :
Manifeste
Le manifeste Faire de l'éducation publique la priorité nationale du Québec.
Administration du site

SPCFXG

Cette section est utilisée par les administrateurs du site seulement. Vous devez posséder un nom d'usager ainsi qu'un mot de passe pour y accéder.