Archives

Le SPCFXG dénonce les attaques à l'exercice des droits démocratiques

Au cours de la semaine du 16 avril, le Québec a été le théâtre de nombreux événements hautement préoccupants pour quiconque se soucie du respect des droits démocratiques : arrestations de masse lors d’une manifestation pacifique devant le Cégep Limoilou, déferlement d’injonctions destinées à « casser » les grèves étudiantes, présence de policiers et d’agents de sécurité armés sur le campus de l’UQO et celui de l’UdM pour faire respecter des injonctions, la « bonne blague » de Jean Charest au Salon du Plan Nord, etc. À la demande de plusieurs membres qui souhaitaient que le SPCFXG prenne position par rapport à ces événements, l’Assemblée générale du SPCFXG s’est réunie le 24 avril dernier et a adopté la résolution suivante :

CONSIDÉRANT les positions contre la hausse des frais de scolarité adoptées par le Syndicat des professeur-e-s et l’Association étudiante ;

CONSIDÉRANT la longue durée du conflit et la détérioration du climat social qui en résulte ;

CONSIDÉRANT l’attitude méprisante du premier ministre à l’égard d’une partie importante de la population qu’il a pour mandat de gouverner ;

CONSIDÉRANT la volonté affichée de la ministre de l’Éducation, pendant au moins 10 semaines, de ne pas aborder la question centrale de la hausse des frais de scolarité avec les représentants des associations étudiantes ;

CONSIDÉRANT les attaques à l’exercice des droits démocratiques que représentent l’usage excessif de la force policière, les arrestations de masse et le recours aux injonctions pour mettre fin aux grèves étudiantes ;

IL EST PROPOSÉ :

1.    Sur la question de la hausse des frais de scolarité

Que le SPCFXG :

1.1.    Réitère qu’il réclame l’annulation de la hausse annoncée de 1 625 $ sur 5 ans des frais de scolarité universitaire.

1.2.    Demande au gouvernement du Québec de négocier de bonne foi et dans une attitude d’ouverture en acceptant d’aborder la question de la hausse des frais de scolarité.

2.    Sur la question des attaques à l’exercice des droits démocratiques :

Que le SPCFXG :

2.1    Dénonce la force excessive employée par les policiers à l’endroit de citoyens, notamment étudiants et enseignants, qui expriment pacifiquement leurs opinions politiques.

2.2    Dénonce les arrestations de masse effectuées dans le cadre de manifestations pacifiques comme celle du 19 avril dernier au Cégep Limoilou.

2.3    Dénonce les injonctions qui, en forçant la reprise des cours au mépris de mandats de grève obtenus par voie démocratique, engendrent dans les cégeps et les universités touchés un climat de tension et d’insécurité contraire à ce qu’exige un enseignement de qualité.

2.4    Dénonce la répression policière comme mode de gestion des conflits sociaux par le gouvernement.

3.    Que le SPCFXG demande à ses représentants au Conseil d’administration du Collège François-Xavier-Garneau de porter la proposition de résolution suivante :

Que le Conseil d’administration du Collège François-Xavier-Garneau demande au gouvernement du Québec d’adopter une attitude d’ouverture et de dialogue propre à dénouer la crise actuelle à la satisfaction des parties, de manière à favoriser le retour en classe des étudiants dans les meilleurs délais et dans les meilleures conditions.

Par ailleurs, l’Assemblée a mandaté le Comité de mobilisation du SPCFXG pour qu’il organise une action de solidarité en appui au mouvement étudiant. Celle-ci aura lieu jeudi prochain, le 3 mai, ici même au collège.

Articles précédents sur le même sujet :
« Appel au respect des piquets de grève des étudiants » (2 mars 2012) ;
« Le SPCFXG se prononce contre la hausse des frais de scolarité » (5 octobre 2011).

Convention collective
Votre contrat de travail :
Manifeste
Le manifeste Faire de l'éducation publique la priorité nationale du Québec.
Administration du site

SPCFXG

Cette section est utilisée par les administrateurs du site seulement. Vous devez posséder un nom d'usager ainsi qu'un mot de passe pour y accéder.