Archives

Entente relative à l'injection d'une portion du surplus d'ETC lié à la sous-embauche

Le 5 novembre dernier, en Comité des relations du travail (CRT), les parties se sont entendues sur la portion du surplus d’ETC lié à la sous-embauche à injecter à l’hiver 2013 et sur les paramètres à suivre pour le faire.

Surplus au 30 juin 2012 : 12,89 ETC
Portion du surplus à injecter à l’hiver 2013 : environ 4,25 ETC

D’abord, les parties ont convenu d’injecter ces ressources de manière ciblée. Elles auraient pu convenir de les saupoudrer au prorata des ressources à l’enseignement qui auraient normalement dû être allouées à chacune des disciplines, mais personne, ou presque, n’en aurait ressenti les effets : aucun professeur n’aurait vu sa charge de travail allégée de manière significative, et aucun étudiant n’aurait bénéficié d’une amélioration significative de ses conditions d’apprentissage. Dans ce contexte, bien qu’il aurait été plus simple, techniquement parlant, de saupoudrer les ressources, la partie syndicale a préféré faire valoir le principe d’une injection ciblée, en continuité, d’ailleurs, avec les ententes appliquées par le passé dans ce genre de situation.

Plus spécifiquement, il a donc été convenu de distribuer les 4,25 ETC à injecter à l’hiver 2013 selon les paramètres suivants :

- environ 0,25 ETC (0,5 ETC session) pour l’application de l’annexe G des ententes préalables (diminution du nombre d’étudiants par groupe dans certains cours d’entrée) ;
- 2 ETC (4 ETC session) pour des mesures d’aide à la réussite ciblant certains cours dont les taux d’échecs sont particulièrement élevés (par ex. : réduction de la taille des groupes) ;
- 0,5 ETC (1 ETC session) pour la discipline 420 (Informatique), dont les professeurs, année après année, ont les CI les plus élevées ;
- 0,5 ETC (1 ETC session) pour la discipline 160 (Techniques d’orthèses visuelles), en attente d’une solution à long terme à un problème de surcharge bien documenté en lien avec la supervision des stages ;
- jusqu’à 1 ETC (2 ETC session) pour combler certains scénarios de tâche déficitaires dans des départements où une diminution imprévue du nombre d’étudiants a entraîné une surutilisation des ressources enseignantes à l’automne 2012.

Pour plus de détails sur les paramètres retenus et leur justification, nous vous invitons à consulter la lettre envoyée aux coordinations départementales par Pierre Choquette un peu plus tôt cette semaine (Pierre Choquette assure l’intérim au Service des ressources à l’enseignement suite au départ de Lison Chabot).

Dans le cadre des discussions ayant conduit à cette entente ponctuelle, la partie patronale nous a aussi annoncé son intention de travailler à rétablir, à moyen terme, un certain équilibre entre les disciplines en ce qui concerne les CI moyennes des professeurs à temps plein. Cette intention de la partie patronale est explicitée dans la lettre mentionnée ci-dessus et n’est pas étrangère à notre volonté, à l’exécutif, de consacrer plus de ressources au dossier de la tâche dès l’hiver 2013 ; il en sera d’ailleurs question lors de l’assemblée générale du 22 novembre. Il va sans dire que le chantier auquel la partie patronale nous convie soulève et soulèvera des questions très délicates et très complexes dont nous aurons à discuter sérieusement en assemblée générale.

Article précédent sur le même sujet :
« Délai dans la transmission des chiffres de la tâche » (26 octobre 2012).

Convention collective
Votre contrat de travail :
Manifeste
Le manifeste Faire de l'éducation publique la priorité nationale du Québec.
Administration du site

SPCFXG

Cette section est utilisée par les administrateurs du site seulement. Vous devez posséder un nom d'usager ainsi qu'un mot de passe pour y accéder.