Archives

Portes ouvertes le samedi : le collège ira de l'avant

À la réunion des CD, CAS et RP du 3 mars dernier, la direction des communications et des affaires corporatives (DCAC) présentait le bilan du plan de recrutement du collège pour l’année 2010-2011. L’un des points abordés dans ce bilan fut celui des portes ouvertes. Rappelons que, cette année, à titre expérimental, le collège prenait l’initiative de tenir les portes ouvertes de l’automne un samedi plutôt qu’un mardi soir comme par le passé. Les portes ouvertes de l’hiver, pour leur part, ont eu lieu un mardi soir comme à l’habitude.

Dans son bilan, la DCAC rapportait les résultats d’un sondage effectué auprès des visiteurs (61 répondants), lequel aurait permis d’établir que 81 % des visiteurs s’étant présentés le samedi préfèrent visiter le collège un samedi alors que 73 % des visiteurs s’étant présentés le mardi soir préfèrent venir aux portes ouvertes le mardi soir. En somme (roulement de tambour), les gens viennent visiter le collège au moment qui leur convient le mieux. Par contre, aucune donnée précise n’a été divulguée concernant le nombre de visiteurs s’étant présentés aux portes ouvertes du samedi 20 novembre comparativement au nombre moyen de visiteurs qui participaient aux portes ouvertes de l’automne lorsqu’elles avaient lieu un mardi soir.

Suite à la présentation, la direction des études a annoncé la volonté du collège d’aller de l’avant et de tenir les portes ouvertes de l’automne prochain un samedi. Elle aurait aussi reconnu que la convention collective des professeurs ne prévoit pas de disponibilité le samedi, mais cela ne serait pas un problème dans la mesure où la participation des professeurs aux portes ouvertes se fait sur une base volontaire et où, en tant que professionnels, les professeurs doivent s’attendre à travailler de temps à autres le samedi.

Les propos de la direction des études n’annoncent donc rien de bon pour l’avancement des discussions amorcées en CRT quant à une éventuelle compensation pour les professeurs qui ont participé ou qui participeront aux portes ouvertes du samedi. Certes, comme vous en étiez informés dans un article publié le 11 février dernier, la direction des ressources humaines s’est montrée ouverte à offrir un relèvement de disponibilité en juin pour les professeurs qui participent aux portes ouvertes du samedi. La direction semble donc disposée à reconnaître que les professeurs qui se présentent au collège en dehors de la période de disponibilité prévue à la clause 8-3.02 (1) pour participer à une activité institutionnelle ont droit à une compensation. Toutefois, un litige demeure quant à la nature de la compensation : le syndicat réclame une compensation réelle pour le travail effectué alors que la direction propose une mesure compensatoire à caractère strictement symbolique. En effet, on ne peut considérer un relèvement de disponibilité en juin comme autre chose qu’une mesure symbolique, car la tâche enseignante est par nature incompressible (ce qu’on ne fait pas une journée, on devra le faire un autre jour) et la participation aux portes ouvertes ne fait pas partie de notre description de tâche (clause 8-4.00 de la convention collective). La seule façon d’offrir aux professeurs une compensation réelle à coût nul pour le collège est de dégager les professeurs de certaines tâches comprises dans leur description de tâche (par exemple, les professeurs ayant participé aux portes ouvertes du samedi pourraient être exemptées de participer à une journée pédagogique). La seule autre forme de compensation réelle envisageable est une compensation financière. Et, logiquement, toute mesure compensatoire relative à la participation aux portes ouvertes devrait être étendue à ceux qui, en dehors de la période de disponibilité prévue à la clause 8-3.02, accomplissent des tâches autres que celles prévues à la clause 8-4.00.

Cela dit, nous pourrions nous poser la question suivante : devrions-nous être « raisonnables » et nous contenter d’une compensation symbolique ? Être « raisonnables » pourrait être acceptable si la participation aux portes ouvertes se faisait réellement sur une base volontaire. Or, quiconque a déjà participé aux portes ouvertes sait très bien qu’il n’en est rien : on participe aux portes ouvertes parce qu’il en va de la survie de notre programme ou de notre profil, et donc peut-être de notre « job » ou de celle d’un de nos collègues ; parce que personne d’autre ne veut y participer ; parce qu’on est la seule ou la meilleure personne qui soit en mesure d’assumer tel ou tel aspect de la présentation faite aux visiteurs ; parce qu’on est représentant de programme, etc. En somme, il existe des contraintes bien réelles qui s’exercent sur les professeurs pour les « inciter » fortement à participer aux portes ouvertes, et ces contraintes s’exercent sur des individus bien précis à l’exclusion des autres : par exemple, un professeur de philosophie qui donne les cours obligatoires réguliers ne sentira pas la même obligation de participer aux portes ouvertes qu’un professeur de la même discipline qui donne des cours spécifiques au programme du baccalauréat international.

Cela dit, être « raisonnables » pourrait peut-être encore paraître acceptable si les membres des autres corps d’emploi du collège n’étaient pas compensés pour leur participation aux portes ouvertes. Or, vérifications faites, nous savons que les membres du personnel de soutien et les professionnels qui participent à ces journées reprennent leur temps accumulé sous forme de congé ou de journées écourtées et, dans certaines circonstances, peuvent même se faire payer ces heures supplémentaires. En fait, au collège, seuls les cadres ont des contrats de travail en vertu desquels ils peuvent être appelés à participer sans compensation à des activités institutionnelles qui ont lieu le samedi.

Dans le dossier des portes ouvertes, nous n’avons donc aucune raison d’être « raisonnables » : nous avons droit à une compensation réelle pour le travail effectué lors des portes ouvertes, a fortiori lorsqu’elles ont lieu en dehors de la période de disponibilité prévue à notre contrat de travail.

Articles précédents sur le même sujet :
-    « Journée Portes ouvertes du samedi 20 novembre » (11 novembre 2010) ;
-    « Dossier “portes ouvertes” » (10 décembre 2010) ;
-    « Dossier “portes ouvertes” : la suite » (11 février 2011).


(1) « L’enseignante ou l’enseignant à temps complet doit être à la disposition du Collège du lundi au vendredi. Cette disponibilité est établie pour un minimum d’une session entre la huitième (8e) et la vingt-troisième (23e) heure, à moins d’entente entre les parties. »

Convention collective
Votre contrat de travail :
Manifeste
Le manifeste Faire de l'éducation publique la priorité nationale du Québec.
Administration du site

SPCFXG

Cette section est utilisée par les administrateurs du site seulement. Vous devez posséder un nom d'usager ainsi qu'un mot de passe pour y accéder.