Archives

Réactions du CIREPE aux rapports des expertes

Après cinq mois d'attente, ce qu'un des membres du CIREPE avait annoncé comme des «contre-expertises» a enfin été mis à notre disposition! En fait, les documents en question, au nombre de trois, servent surtout d'écran de fumée : une contre-expertise devrait évaluer le même objet, c'est-à-dire le processus CIREPE et la Politique d'évaluation du collège. Les trois documents, plutôt que d'évaluer le processus en cours ici, sont en faits des avis sur la façon dont Mme Bernard et Mme Hurteau ont conçus et écrits leurs rapports. En somme, le procédé ressemble à un autre que nous connaissons bien : ils donnent leur opinion sur l'évaluation du processus d'évaluation...

Il eut été intéressant d'avoir ne serait-ce qu'une réelle contre-expertise pour valider au moins une partie du processus, d'autant plus que ces « experts » disposent, eux, de toute l'information nécessaire, sans intermédiaire.

Sans vouloir placer un biais à votre lecture, au contraire, nous vous invitons à ne pas trébucher sur la qualité de la langue ni sur la qualité de l'argumentation desdits documents. Ceux-ci sont disponibles sur le site de la Direction des communications et des affaires corporatives du Collège, dans les archives de la réunion du 19 avril 2010, au point Suivi de la Politique d'évaluation du personnel enseignant.

Puisque, encore une fois, on invalide les rapports de Mme Bernard et celui de Mme Hurteau en mentionnant que « [a]ucun effort direct n'a été fait par le syndicat ou par ses deux consultantes, pour se procurer des informations quant à la démarche de développement des outils » (Chantal Jeanrie , « Synthèse des réactions du CIREPE au rapport de Mme Huguette Bernard », 2009), nous vous donnons ici accès aux copies de deux demandes placées auprès de la Direction des études en novembre dernier. À ce jour, la seule réponse aux deux demandes a été de verbalement en accuser réception. Ajoutons que les deux expertes ont considéré qu'elles disposaient d'assez d'information pour livrer leur analyse du processus; qui est meilleur juge de cela, les expertes ou la direction du collège Garneau?

Quant à Mme Jeanrie, nous l'inviterions à préciser, pour le bien du débat auquel elle prend maintenant part, le concept de « secret industriel » évoqué par M. Gélinas et par Mme Malboeuf à plusieurs reprises cet automne pour nous refuser l'accès à cette information.

Demande du 6 novembre 2009

Demande du 30 novembre 2009

Convention collective
Votre contrat de travail :
Manifeste
Le manifeste Faire de l'éducation publique la priorité nationale du Québec.
Administration du site

SPCFXG

Cette section est utilisée par les administrateurs du site seulement. Vous devez posséder un nom d'usager ainsi qu'un mot de passe pour y accéder.