Archives

Évaluation : suite du dossier

Le 15 décembre dernier, après en avoir longuement discuté, l'assemblée générale adoptait à l'unanimité trois propositions qu'il est important de rappeler en ce début de session. Ces trois propositions faisaient suite à la réception par l'exécutif des versions finales des rapports des deux expertes mandatées pour analyser le processus tel qu'il se déroule chez nous. Les conclusions de ces rapports avaient été présentées dès le 4 décembre et les rapports eux-mêmes, le 14 décembre par voie électronique. Le présent article a pour but d'expliquer plus en détail chacune des résolutions de l'assemblée générale et de présenter la position de la Direction du collège sur ce dossier. Voici d'abord les trois résolutions.

Considérant que les membres du syndicat des professeur-e-s ont des motifs raisonnables de remettre en question la crédibilité du processus d'évaluation en vigueur au collège,

Il est proposé

1. Que soit mis sur pied un comité conjoint CÉ-CRT dont le mandat sera de superviser l'élaboration d'un nouveau processus d'évaluation de l'enseignement.

2. Que ce processus respecte, notamment et entre autres, les paramètres suivants:

  • Qu'on revoie la politique de fond en comble afin d'éliminer toute ambigüité quant à son caractère strictement formatif;

  • Que la mise au point de chacune des composantes du processus d'évaluation soit effectuée en collaboration entre le comité et des experts externes reconnus par leur milieu et par les professeur-e-s;

  • Que chacune de ces composantes soit approuvée par les professeur-e-s;

  • Que la Direction du collège convienne de modalités effectives de soutien dans une perspective formative;

  • Qu'il devienne un moyen crédible d'amélioration de la relation pédagogique et de valorisation des professeur-e-s.

3. Que toute évaluation du personnel enseignant en vertu de la politique actuelle soit suspendue.

Le considérant fait bien sûr référence au discours critique des professeur-e-s depuis plus de dix ans et au rapport de Mme Bernard, l'experte en mesures et évaluation retenue pour analyser le processus mis au point par le CIREPE. Les résolutions qui le suivent sont en fait dictées par les recommandations de cette experte. Le considérant et le contenu des résolutions tiennent aussi compte des résultats obtenus par le consultant engagé par la Direction du collège au moment d'évaluer l'application de la politique en 2004[i].

1. Que soit mis sur pied un comité conjoint CÉ-CRT dont le mandat sera de superviser l'élaboration d'un nouveau processus d'évaluation de l'enseignement.

Cette première résolution doit être envisagée dans deux perspectives : les membres du syndicat des professeur-e-s croient au principe de l'évaluation de l'enseignement et sont prêts à travailler à mettre sur pied un processus respectueux et utile dont les finalités sont tournées vers l'amélioration de l'exercice pédagogique aussi bien pour les étudiants que pour les professeur-e-s, ainsi que vers la valorisation de ceux-ci.

2. Que ce processus respecte, notamment et entre autres, les paramètres suivants:

Dans l'ensemble, cette résolution vise à fixer les balises dans lesquelles un processus d'évaluation de l'enseignement devrait être conçu. Elle cherche à assurer que les finalités énoncées et les moyens mis en place pour les atteindre correspondent. Elle vise également à ce que des experts reconnus, choisis en collaboration avec les professeur-e-s, puissent être consultés; après tout, si c'est nous qui avons à vivre avec le processus, il est normal que nous ayons notre mot à dire. Finalement, elle cherche à exprimer clairement ce que tous les professeur-e-s vivent tous les jours dans leur enseignement : que toute forme d'évaluation qui mène à des ajustements n'a pas de valeur formative si elle ne prévoit pas de mesures concrètes de soutien.

3. Que toute évaluation du personnel enseignant en vertu de la politique actuelle soit suspendue.

La dernière résolution s'appuie aussi sur les recommandations des expertes, notamment celles de Mme Bernard. Elle s'appuie sur le fait que, depuis plus de dix ans, session après session, plusieurs d'entre nous, que les conclusions de leur évaluation soient bonnes ou moins bonnes, souffrent à cause de ce processus. N'y a-t-il pas de meilleur moyen que la souffrance pour générer une volonté d'amélioration pédagogique? La résolution ne dit pas que nous ne voulons pas être évalués, elle dit que nous voulons l'être convenablement, que nous le méritons.

Le 16 décembre dernier apparaissait à l'ordre du jour de la Commission des études un point Évaluation du personnel enseignant. Rappelons que la présidente de la Commission des études s'était fermement opposée à ce que ce point soit ajouté au calendrier des travaux de l'année en cours. Contrairement à ce qui est l'usage, le vice-président de la Commission et représentant du syndicat en matière de pédagogie a fait la présentation de ce point à la suite de quoi il a présenté les trois résolutions émanant du corps enseignant. La présidente a alors pris la parole pour faire la lecture d'un texte où, en plus de lancer des accusations contre le syndicat des professeurs (elle a notamment parlé de «propos mensongers», de «mépris à l'égard du personnel» et de «malhonnêteté intellectuelle»), elle a déclaré considérer que la Commission des études n'avait pas le droit de discuter d'évaluation, que cela lui était même formellement interdit, et qu'en conséquence, elle déclarait la séance levée. Elle a ensuite quitté avec la directrice adjointe des études. Tous les autres membres sont demeurés à leur place et les discussions se sont poursuivies. Le vice-président a précisé que selon le règlement numéro un du collège, la Commission avait tout pouvoir de discuter de tout dossier à incidence pédagogique, ce qu'a confirmé le président d'assemblée.

L'exécutif a rencontré la Direction le 18 décembre et le 11 janvier derniers. On nous a demandé de retirer les résolutions de l'assemblée générale. On nous a aussi indiqué qu'on serait disposé à aborder le dossier de l'évaluation de l'enseignement dans les années à venir.

En attendant une volonté plus claire de dialogue, il importe plus que jamais que nous soyons tous mobilisés autour de ce dossier. Des collègues en souffrent et bien peu en retirent satisfaction, valorisation et occasion d'améliorer leur pédagogie comme ce devrait être le cas. Cela fait plus de dix ans que les différents exécutifs et de nombreux professeurs tentent d'en discuter ouvertement avec la Direction qui se retranche derrière les statistiques du CIREPE pour esquiver la responsabilité d'ouvrir le débat. Quand on le questionne sur la possibilité de tels problèmes, le CIREPE quant à lui se retranche derrière ce que son directeur appelle le « secret industriel » ou alors son contrat confidentiel avec le Collège.

Il est temps que les spécialistes de l'enseignement que nous sommes aient leur mot à dire sur l'évaluation de l'enseignement, d'autant plus quand on lit le dépôt patronal du 17 décembre dernier et qu'on y constate la volonté du Comité patronal de négociation des collèges de lier évaluation et reddition de compte. C'est pourquoi nous tenions à faire cette mise au point. Nous tenons aussi à vous inviter à discuter des mesures à prendre en département pour donner suite aux résolutions, en particulier à la troisième. À titre indicatif, vous trouverez plus bas un exemple de mesures adoptées dans un département. Nous profitons aussi de l'occasion pour vous informer que la cantine syndicale passera bientôt vous voir.

Solidairement vôtre,

L'exécutif.

 

Résolution d'un département :

Considérant que l'assemblée des professeurs du Collège François-Xavier-Garneau du 15 décembre 2009 a exprimé une volonté unanime de suspendre l'évaluation du personnel enseignant en vigueur au collège et de mettre sur pied un comité conjoint CÉ-CRT dont le mandat serait de superviser l'élaboration d'un nouveau processus d'évaluation de l'enseignement,

il est proposé de suspendre la participation du département au processus de l'évaluation de l'enseignement en vigueur au collège.

Rapport de Mme Bernard


[i] Une copie papier de ce rapport, et de tous les autres, est disponible pour consultation au local syndical.

Convention collective
Votre contrat de travail :
Manifeste
Le manifeste Faire de l'éducation publique la priorité nationale du Québec.
Administration du site

SPCFXG

Cette section est utilisée par les administrateurs du site seulement. Vous devez posséder un nom d'usager ainsi qu'un mot de passe pour y accéder.