Archives

Négo 2015 : Le CPNC veut que les professeurs soient présents au collège 32,5 heures/semaine

Dans son dépôt du 17 décembre 2014, le Comité patronal de négociation des collèges (CPNC) annonçait sa volonté de « discuter de l’aménagement du temps de travail, notamment au regard du cadre horaire et de la disponibilité de l’enseignant », sans formuler de demande précise à cet égard. Or, dans son second dépôt (10 juin 2015), le CPNC est clair : il souhaite que la convention collective soit modifiée de manière à « prévoir que la tâche de l’enseignant soit remplie dans les locaux du collège ». En d’autres termes, le CPNC souhaite que, désormais, les professeurs aient l’obligation d’effectuer la totalité de leur disponibilité (32,5 heures par semaine) dans les locaux du collège, alors que la convention collective en vigueur, si elle présente la chose comme souhaitable, n’en fait pas une obligation.

En effet, la clause 8-3.06 de la convention collective en vigueur spécifie que « l’enseignante ou l’enseignant remplit normalement sa tâche dans les locaux du collège », le mot « normalement » introduisant une certaine souplesse qui permet de tenir compte du fait que très peu de collèges mettent à la disposition des professeurs un environnement de travail adéquat pour les tâches qu’ils ont à accomplir. En fait, bien que la convention collective prévoie que « l’enseignante ou l’enseignant dispose d’un local individuel dans la mesure du possible » (8-1.04), les professeurs sont au moins deux par bureau dans la plupart des collèges, voire même quatre par bureau en moyenne dans certains collèges. Un tel environnement de travail, avec le va-et-vient et le bruit qu’il génère, n’est pas favorable à la concentration et est souvent incompatible avec des tâches comme la préparation de cours et la correction. Pour s’adapter à cette réalité, beaucoup de collèges exigent de leurs professeurs moins que 32,5 heures de présence physique par semaine. Par exemple, au Cégep Garneau, la politique de disponibilité exige 25 heures de présence physique par semaine.

Cela pris en compte, comment comprendre la demande patronale à l’effet d’obliger les professeurs à assumer 32,5 heures de présence physique par semaine ? Alors que les deux maîtres mots du CPNC, dans cette négociation, sont l’« efficience » et la « souplesse », cette demande apparaît comme l’antithèse parfaite de l’efficience et de la souplesse. La plupart des professeurs savent d’expérience que leur travail de correction est plus « efficient » lorsqu’il est accompli dans un environnement plus calme que leur bureau au collège, et la plupart des collèges ont depuis longtemps mis en place des politiques de disponibilité qui modulent les exigences de présence physique en fonction des réalités locales. Le CPNC serait-il en train de nous annoncer que tous les cégeps de la province seront bientôt agrandis de façon à ce que chaque professeur dispose d’un local individuel ?

Convention collective
Votre contrat de travail :
Manifeste
Le manifeste Faire de l'éducation publique la priorité nationale du Québec.
Administration du site

SPCFXG

Cette section est utilisée par les administrateurs du site seulement. Vous devez posséder un nom d'usager ainsi qu'un mot de passe pour y accéder.