Archives

Le CPNC propose de rouvrir la convention collective

Le 4 février, nos représentants de la FNEEQ ont rencontré le Comité patronal de négociation des collèges (CPNC), composé de représentants du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Fédération des cégeps, en lien avec l’entente relative à la reprise des cours dans les cégeps les plus touchés par la grève étudiante du printemps dernier (pour plus de détails sur cette entente, voir l’article « Négociations estivales », publié dans L’i papier EXPRESS du 24 août 2012). Lors de cette rencontre, les représentants du ministère ont confirmé que celui-ci n’entend financer que la moitié des coûts liés à la reprise des cours, contrevenant ainsi à l’entente négociée l’été dernier. Le ministère prétend n’avoir reçu du Conseil du trésor que la moitié des 31 M$ nécessaires au respect de l’entente. Pourtant, nos représentants de la FNEEQ ont reçu la confirmation du Conseil du trésor à l’effet que les sommes nécessaires au respect de l’entente ont été transférées au ministère. Qui dit vrai ?

Quelle que soit la vérité, il n’en demeure pas moins que, lors de cette même rencontre, le CPNC a fait connaître sa vision des choses quant à la façon de combler le prétendu manque à gagner de 15 M$ : le ministère et la Fédération des cégeps proposent de contribuer à hauteur de 5 M$ chacun à condition que les professeurs consentent à un effort de 5 M$. Concrètement, cet effort supposerait la réouverture de la convention collective pour repousser à plus tard une portion des ajouts d’ETC prévus à l’annexe I-11 pour 2013-2014 et 2014-2015. Et les représentants du ministère d’ajouter que, si les professeurs ne consentent pas à faire leur part, le ministère affectera à d’autres fins les 5 M$ supplémentaires qu’il propose d’injecter, de sorte que les professeurs devront assumer un effort de 10 M$. En somme, soit nous acceptons volontairement de contribuer à hauteur de 5 M$, soit nous serons obligés (par décret ?) de contribuer à hauteur de 10 M$.

Ainsi, nous, professeurs, faisons face à trois interlocuteurs – Conseil du trésor, ministère, Fédération des cégeps – aux propos contradictoires et aux intérêts difficiles à cerner. On s’explique mal, en effet, que le ministère affirme ne pas avoir reçu les crédits nécessaires au respect de l’entente relative à la reprise des cours alors que le Conseil du trésor affirme le contraire, et on comprend mal pourquoi la Fédération des cégeps joue le jeu du ministère et demande une réouverture de la convention collective alors même que celui-ci renie son engagement de financer la reprise des cours et impose des compressions supplémentaires de 21,5 M$ au réseau collégial pour l’année en cours. Alors qu’ici, les professeurs et la Fédération des cégeps devraient être des alliés objectifs, cette dernière choisit de faire front commun avec le ministère. Serait-ce qu’elle espère un allègement des compressions budgétaires en retour de sa collaboration à la réouverture de la convention collective ?

Face à cette situation et conformément à la volonté des délégués du Regroupement cégep (voir l’article « Les professeurs de cégep boycotteront-ils le Sommet sur l’enseignement supérieur ? », publié dans L’i papier EXPRESS du 1er février 2013), le Bureau fédéral de la FNEEQ a convoqué un conseil fédéral spécial, qui aura lieu le 22 février, pour évaluer et décider du comportement à adopter par rapport au Sommet sur l’enseignement supérieur (25 et 26 février) en lien avec le non-respect de l’entente relative à la reprise des cours dans les cégeps. D’ici au sommet et après le sommet, un plan d’action national sera progressivement mis en place pour forcer, notamment par des actions locales de perturbation, le respect de l’entente de reprise des cours et, plus largement, le respect de notre contrat de travail. Il en sera question lors de notre prochaine assemblée générale, le 21 février.

Les trois communiqués de presse publiés jusqu’ici par la FNEEQ :
« Les enseignantes et les enseignants toujours aussi en colère ! », 9 février 2013 ;
« Pierre Duchesne et Stéphane Bédard doivent régler l’impasse », 6 février 2013 ;
« Le gouvernement doit respecter ses engagements », 8 janvier 2013.

Articles précédents sur le même sujet :
« Les professeurs de cégep boycotteront-ils le Sommet sur l’enseignement supérieur ? »(1er février 2013) ;
« Négociations estivales » (24 août 2012).

Convention collective
Votre contrat de travail :
Manifeste
Le manifeste Faire de l'éducation publique la priorité nationale du Québec.
Administration du site

SPCFXG

Cette section est utilisée par les administrateurs du site seulement. Vous devez posséder un nom d'usager ainsi qu'un mot de passe pour y accéder.