Archives

Le Conseil supérieur de l'éducation plaide pour une évolution de la formation générale

Le 6 mai dernier, le Conseil supérieur de l’éducation rendait public son avis au sujet de l’introduction d’un cours d’histoire du Québec dans la formation générale commune. Bien que le projet ait été mis sur la glace par le nouveau ministre de l’Enseignement supérieur, Yves Bolduc, le Conseil supérieur de l’éducation (CSE) avait été mandaté par le précédent ministre pour la production d’un avis concernant le projet de modification du Règlement sur le régime des études collégiales qui devait permettre l’ajout d’un cours d’histoire du Québec contemporain à la formation générale commune.

À la première page de son avis, le CSE résume sa position de la façon suivante :

Après avoir soupesé les implications éducatives du changement proposé, le Conseil recommande au ministre de ne pas procéder à l’introduction d’un cours d’histoire du Québec dans la formation générale commune du collégial. En revanche, il présente des solutions de rechange à la proposition actuelle et suggère d’envisager de nouveaux moyens pour que la formation générale puisse évoluer dans les prochaines années. (p. 1)

Dans les pages qui suivent, le CSE explique que, s’il n’est pas en faveur de l’introduction d’un cours d’histoire du Québec dans la formation générale en remplacement d’un cours complémentaire, c’est essentiellement parce qu’une telle mesure aurait pour effet de réduire tant la zone de choix de l’étudiant dans son parcours d’études que l’autonomie institutionnelle des collèges. Et, de là, en invoquant les mêmes principes – la nécessité d’élargir la zone de choix de l’étudiant et la zone d’autonomie des collèges –, le CSE développe un plaidoyer de plusieurs pages en faveur d’« une évolution de la formation générale permettant de la diversifier ainsi que d’accroître les choix offerts aux étudiantes et aux étudiants, et la marge de manœuvre des établissements » (p. 32).

Pour le moment, le ministre n’a pas réagi publiquement au plaidoyer du CSE en faveur d’une refonte de la formation générale. Doit-on s’attendre à ce que le nouveau gouvernement tire prétexte du projet lancé par le précédent gouvernement et de l’avis du CSE pour réexaminer la formation générale dans son ensemble ? La question se pose, d’autant plus que la Fédération des cégeps semble souhaiter l’ouverture d’un tel chantier (« Avis défavorable au cours d'histoire obligatoire au cégep », La Presse canadienne, 6 mai 2014 ; « Le CSE plaide plutôt pour une réforme de la formation générale », Le Devoir, 7 mai 2014). À suivre…

Pour lire l’avis du Conseil supérieur de l’éducation »

Articles précédents sur le même sujet :
« Trois avis sur le projet de cours d’histoire obligatoire au collégial » (11 avril 2014) ;
- « Cours d’histoire obligatoire au collégial : le Regroupement cégep de la FNEEQ prend position » (18 mars 2014).

Convention collective
Votre contrat de travail :
Manifeste
Le manifeste Faire de l'éducation publique la priorité nationale du Québec.
Administration du site

SPCFXG

Cette section est utilisée par les administrateurs du site seulement. Vous devez posséder un nom d'usager ainsi qu'un mot de passe pour y accéder.