Archives

Cours d'histoire obligatoire au collégial : le SPCFXG prend position

Le 6 février, l’Assemblée générale du SPCFXG a pris position concernant le projet du gouvernement d’introduire un cours d’histoire du Québec contemporain à la formation générale commune. Rappelons que, selon le scénario le plus probable, cet ajout se ferait au prix de la disparition d’un des deux cours de la formation générale complémentaire. Le gouvernement souhaite que cette modification entre en vigueur dès l’automne 2014, de façon à ce que tous les étudiants qui entreront au cégep à l’automne 2014 aient ce nouveau cours dans leur cursus.

Par une première résolution, l’Assemblée s’est prononcée pour que le projet soit soumis à un moratoire. Un temps d’arrêt permettrait de réfléchir plus sérieusement à la pertinence d’introduire un tel cours, à la façon de l’intégrer à la formation générale et aux impacts sur l’emploi (pour une présentation de ces différents enjeux, voir notre article du 13 décembre 2013 et le rapport d’analyse de la FNEEQ). Car, pour le moment, la démarche du gouvernement semble plus improvisée que réfléchie.

Par une seconde résolution, l’Assemblée a pris position par rapport à la question de la discipline à laquelle devraient appartenir les professeurs qui donneront le nouveau cours que le gouvernement souhaite introduire dans la formation générale. La question se pose du fait que le ministre de l’Enseignement supérieur s’est montré ouvert à l’idée que ce cours puisse être dispensé par des professeurs d’autres disciplines que la discipline « histoire » (« Cours d’histoire au collégial : Duchesne ouvert à un enseignement multidisciplinaire »Le Devoir, 12 décembre 2013), ce qui laisse planer un doute quant à la nature – disciplinaire ou multidisciplinaire ? – du cours que le gouvernement souhaite introduire. Le doute est aussi alimenté par le fait que, selon le scénario envisagé, le nouveau cours serait intégré à la formation générale commune via un champ non disciplinaire – « Études sur le Québec » – alors qu’actuellement, la formation générale commune est constituée de quatre champs disciplinaires (français, philosophie, anglais, éducation physique). Or, l’un des fondements de l’appartenance de l’ordre collégial à l’enseignement supérieur est le fait que les professeurs y sont des spécialistes de la discipline qu’ils enseignent. C’est pourquoi l’Assemblée a adopté une proposition à l’effet que, si le cours envisagé par le gouvernement est bel et bien un cours d’histoire, il doit être dispensé exclusivement par des professeurs d’histoire.

Les résolutions adoptées par l’Assemblée seront présentées à la direction des études de façon à ce qu’elle en tienne compte dans la rédaction de l’avis qu’elle doit transmettre au ministère de l’Enseignement supérieur d’ici au 21 février. De plus, ces résolutions seront portées auprès du Regroupement cégep de la FNEEQ, qui prendra position officiellement lors de sa réunion des 6 et 7 mars prochains.

Articles précédents sur le même sujet :
« Cours d’histoire obligatoire au collégial : consultation des établissements » (20 décembre 2013) ;
« Cours d’histoire obligatoire au collégial : le Comité école et société de la FNEEQ dépose son rapport d’analyse » (13 décembre 2013) ;
« Cours d’histoire obligatoire au collégial : le gouvernement va de l’avant » (8 septembre 2013).

Convention collective
Votre contrat de travail :
Manifeste
Le manifeste Faire de l'éducation publique la priorité nationale du Québec.
Administration du site

SPCFXG

Cette section est utilisée par les administrateurs du site seulement. Vous devez posséder un nom d'usager ainsi qu'un mot de passe pour y accéder.