Archives

Négo 2015 : Le CPNC veut réduire le nombre de professeurs dans le réseau

En matière de tâche, ce que pouvait laisser pressentir le dépôt patronal sectoriel du 17 décembre 2014 s’est confirmé dans celui du 10 juin 2015 : le Comité patronal de négociation des collèges (CPNC) souhaite diminuer le niveau des ressources enseignantes dans le réseau collégial. Cette volonté se traduit de trois façons :

Premièrement, le CPNC souhaite que la lettre d’entente sur les garanties soit retirée de notre convention collective. Cette annexe à notre contrat de travail définit un plancher d’emploi, c’est-à-dire un nombre minimal de professeurs qui doivent être engagés dans le réseau collégial en fonction du nombre de périodes-étudiants par semaine (PES) généré par les inscriptions aux cours dans l’ensemble du réseau. Dit plus simplement, cette annexe vient fixer l’équivalent d’un ratio professeur-étudiants à respecter de façon globale à l’échelle du réseau. C’est grâce à la lettre d’entente sur les garanties que l’enveloppe des ressources enseignantes a été épargnée par les compressions budgétaires répétées des dernières années. La disparition de cette lettre d’entente ferait en sorte que, désormais, les cégeps pourraient absorber les compressions budgétaires qui leur sont imposées en engageant moins de professeurs.

Deuxièmement, le CPNC souhaite aussi que l’on revienne aux paramètres de la CI qui prévalaient en 2010, avant que le calcul de la CI ne soit bonifié pour reconnaître la lourdeur de la tâche des professeurs qui assument de nombreuses préparations ou l’encadrement et l’évaluation d’un grand nombre d’étudiants. Cette demande est cohérente avec la volonté d’abolir la lettre d’entente sur les garanties, car pour pouvoir engager moins de professeurs, il faut pouvoir alourdir la tâche de ceux qui sont engagés sans dépasser la CI maximale autorisée.

Troisièmement, en continuité avec ce qui précède, le CPNC souhaite que la CI maximale soit haussée au-delà de 88 unités et que le Collège ne soit plus obligé d’obtenir le consentement de l’enseignant pour lui confier une charge d’enseignement qui dépasse la CI maximale.

Bref, en matière de tâche, le projet de négociation du CPNC est en phase avec la politique d’austérité du gouvernement. En fait, il vise précisément à étendre l’application de cette politique d’austérité à la seule enveloppe budgétaire de l’éducation qui en a été préservée jusqu’ici : celle des ressources enseignantes. Voilà qui démontre une fois de plus que la lutte contre l’austérité est intimement liée à la lutte pour la protection de nos conditions de travail.

Convention collective
Votre contrat de travail :
Manifeste
Le manifeste Faire de l'éducation publique la priorité nationale du Québec.
Administration du site

SPCFXG

Cette section est utilisée par les administrateurs du site seulement. Vous devez posséder un nom d'usager ainsi qu'un mot de passe pour y accéder.