Archives

Le point sur la relativité salariale

Du 20 au 24 octobre prochains, la CSN appelle ses organisations affiliées à se mettre « en action contre les engagements rompus » dans divers dossiers interrondes, dont celui de la relativité salariale. Voici un résumé de ce dossier très technique et des explications quant à la nécessité d’agir maintenant pour obtenir un règlement avant le début de la négo.

Qu’est-ce que la relativité salariale ? En janvier 2011, les centrales syndicales (CSN, FTQ, CSQ, FIQ et APTS) et le Conseil du trésor s’étaient entendus pour mener des travaux de relativité salariale une fois réalisé le premier exercice de maintien de l’équité salariale. Ce faisant, les parties s’engageaient à effectuer des travaux ayant pour objet de comparer entre elles les catégories d’emploi des secteurs public et parapublic dans le but d’ajuster les échelles salariales de façon à atteindre la parité salariale pour des emplois comparables. Les catégories à prédominance féminine et à prédominance masculine ayant déjà été évaluées dans le cadre des travaux d’équité salariale, il restait à évaluer les catégories mixtes (sans prédominance sexuelle), au nombre desquelles on retrouve la catégorie d’emploi des professeurs de cégep.

Travaux effectués jusqu’ici : De septembre 2011 à juin 2013, divers travaux préparatoires ont été réalisés. Les travaux de relativité salariale proprement dits, c’est-à-dire l’évaluation des catégories d’emploi, n’ont commencé qu’en février 2013, date à laquelle s’est terminé le premier exercice de maintien de l’équité salariale. C’est lors de la rencontre du 17 juin 2013 que le Conseil du trésor a déposé une évaluation de notre catégorie d’emploi nous plaçant au rangement 21 (un rang en-deçà de notre rangement actuel). En septembre 2013, les syndicats du Regroupement cégep de la FNEEQ étaient saisis de la situation et l’opération « Dérangement 21 » était lancée. Les actions effectuées et les appuis obtenus au cours de l’automne se sont soldés, en janvier 2014, par un recul du Conseil du trésor : celui-ci a finalement accepté de nous accorder le rangement 22 sans contrepartie de notre part, en plus d’accepter l’ouverture d’une table parallèle pour discuter spécifiquement des ajustements à apporter aux échelons maîtrise-doctorat. Ces deux engagements ont été confirmés lors de la rencontre du 11 février entre le Conseil du trésor et l’Intersyndicale, mais la première rencontre pour discuter des échelons maîtrise-doctorat n’a jamais eu lieu en raison du déclenchement des élections et du changement de gouvernement.

État de la situation : La dernière rencontre entre le Conseil du trésor et l’Intersyndicale a eu lieu le 6 juin dernier. La partie patronale n’a pas donné suite aux demandes de rencontre effectuées depuis, prétextant que, pour elle, la priorité est à la préparation de la prochaine négociation du secteur public. Tout porte à croire que le Conseil du trésor s’est engagé dans une voie dilatoire visant à reporter la conclusion des travaux de relativité salariale dans la prochaine négo, ceci alors que les travaux techniques sont terminés et qu’une entente est à portée de main. En refusant de poursuivre les travaux, le Conseil du trésor ne respecte pas sa signature de janvier 2011, par laquelle il s’engageait à « réaliser les relativités salariales lorsque le premier exercice de maintien de l’équité salariale aura été réalisé » (nous soulignons).

Qu’allons-nous faire ? Dans le but de mettre de la pression pour que les travaux reprennent et se concluent avant l’échéance de la convention collective, la CSN appelle ses organisations membres à une « semaine d’actions contre les engagements rompus », du 20 au 24 octobre prochains. De façon plus particulière, elle appelle à tenir une journée d’action et de perturbation le mercredi 22 octobre. Lors de l’Assemblée générale du 2 octobre, il a été convenu « qu’une assemblée générale soit tenue afin de discuter des moyens d’action et de perturbation à mettre en œuvre le 22 octobre prochain ». Diverses contraintes de calendrier nous obligent à tenir cette assemblée ce soir, à compter de 17 h 00, au local G-1865-1869. Nous espérons malgré tout que vous serez présents en grand nombre.

Pourquoi est-il important que les travaux de relativité salariale se concluent avant l’échéance de la convention collective ? Tout comme les travaux d’équité salariale, les travaux de relativité salariale sont censés conduire à des ajustements salariaux pour certaines catégories d’emploi. À l’heure actuelle, le Conseil du trésor place toujours les professeurs de cégep au rangement 22 (statu quo), alors que l’Intersyndicale nous place au rangement 24. Une entente qui nous placerait au rangement 23 ou 24 pourrait conduire à des augmentations salariales de l’ordre de 5 à 10 %. En laissant la conclusion des travaux être reportée pendant la négo, nous risquons d’être contraints de renoncer à des hausses de salaire paramétriques ou à d’autres gains en échange d’un règlement sur la relativité salariale. Le Conseil du trésor a objectivement avantage à laisser traîner les choses, tandis que nous avons objectivement avantage à tenter de les accélérer. Ce que nous voulons : un rangement salarial qui reconnaît toutes les dimensions de notre travail à leur juste valeur.

Nous vous ferons connaître le plan d’action retenu pour la journée d’action et de perturbation du 22 octobre dès que possible.

Articles précédents sur le même sujet :
« Structure salariale : le Conseil du trésor nous place au rangement 22 » (14 février 2014) ;
- « Structure salariale : l’opération « Dérangement 21 » est terminée, mais... » (7 février 2014) ;
- « Structure salariale : pause dans les moyens de pression » (27 janvier 2014) ;
- « La relativité salariale en trois questions et trois réponses » (15 novembre 2013) ;
« Relativité salariale : les professeurs de cégep déclassés » (8 septembre 2013).

Convention collective
Votre contrat de travail :
Manifeste
Le manifeste Faire de l'éducation publique la priorité nationale du Québec.
Administration du site

SPCFXG

Cette section est utilisée par les administrateurs du site seulement. Vous devez posséder un nom d'usager ainsi qu'un mot de passe pour y accéder.